Pratiques professionnelles

Obtenir la carte d’éducateur sportif

Ainsi qu’il est explicité dans l’avis du conseil national de l’ordre n°2016-03 du 24 mars 2016, le masseur-kinésithérapeute est qualifié pour encadrer des activités physiques ou sportives adaptées à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical de tout patient. Il peut donc exercer la fonction d’éducateur d’une activité physique ou sportive et user de ce titre, sous réserve de respecter également les conditions d’honorabilité et de déclaration fixées par le code du sport.

Lire sur le site du conseil national

La rééducation périnéale

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) a précisé : « Nous confirmons donc la position adoptée par l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes et l’Ordre des sages-femmes en considérant que les sages-femmes ne peuvent prescrire des séances de rééducation périnéale à une femme afin qu’elles soient effectuées par un masseur-kinésithérapeute ».
Les masseurs-kinésithérapeutes ne peuvent par conséquent effectuer des actes de rééducation périnéale que sur prescription d’un médecin (et non d’une sage-femme).

N’hésitez-pas à nous contacter dans cette situation.

En application de l’article R.4127-318 du code de la santé publique, les sages-femmes n’ont la possibilité de pratiquer des actes de rééducation périnéo-sphinctérienne qu’en cas de troubles consécutifs à un accouchement.
Le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes est néanmoins régulièrement alerté au sujet de la pratique, par certaines sages-femmes, de séances de rééducation périnéale en dehors de troubles consécutifs à l’accouchement.

N’hésitez-pas à nous contacter dans cette situation.

L’Ordre lance une campagne de sensibilisation sur la rééducation périnéale : « Fuites, constipations, douleurs, trouble sexuels, …. A chaque moment de la vie, votre kinésithérapeute est le spécialiste de la rééducation périnéale ».

Lire sur le site du conseil national

Sinistralité de l’exercice professionnel

Un assureur en responsabilité civile professionnelle, la MACSF, publie chaque année la sinistralité de l’exercice de la masso-kinésithérapie.

En 2020, les 37 570 sociétaires masseurs-kinésithérapeutes de la MACSF ont adressé 107 déclarations, soit une sinistralité de 0,28 % contre 0,29 % en 2019.

Ces déclarations se répartissent en 4 procédures ordinales, 1 procédure pénale, 99 réclamations amiables et 3 saisines d’une CCI.

Les 35 812 masseurs-kinésithérapeutes libéraux ont adressé 105 déclarations. Leur sinistralité s’établit à 0,29 %.