Santé et dérives thérapeutiques et sectaires

Les promesses et recettes de guérison, de bien-être et de développement personnel sont au cœur des pratiques à risque de dérives sectaires, qu’elles proviennent de groupes organisés à dimension transnationale ou de la multitude de “gourous thérapeutiques” isolés. Le dynamisme de ces “dérapeutes” de la santé s’affirme : promotion par le recours à Internet, participation à des colloques, salons, séminaires, diffusion de produits complémentaires, protection des labels, invention d’ “ordres” pseudo professionnels…

On peut estimer qu’aujourd’hui 4 Français sur 10 ont recours aux médecines dites alternatives ou complémentaires, dont 60% parmi les malades du cancer. Plus de 400 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique sont proposées.

Si toutes ces pratiques ne sont pas forcément sectaires, la maladie est devenue une porte d’entrée rêvée pour les mouvements à caractère sectaire qui profitent de la souffrance ou de l’inquiétude des malades et de leur famille pour exercer une emprise à leur égard. Les dérives sectaires dans le domaine de la santé représentent actuellement près de 25% de l’ensemble des signalements reçus à la Miviludes.

Ce guide Santé et dérives sectaires est destiné à aider à repérer les situations de danger et à proposer des outils pratiques pour pouvoir réagir en conséquence, au soutien des victimes. Il s’adresse aussi bien aux professionnels de la santé qu’aux particuliers confrontés aux situations de ce type.